racisme

Voici deux exemples des mensonges véhiculés par la propagande du FN et de Madame Le Pen (issus de l'Humanité du 28/03/2013).

Décryptage de contre-vérités 3 :

« Il y a beaucoup de Français qui n’obtiennent pas en matière de santé autant de droits qu’un clandestin. De temps en temps, mieux veut être clandestin pour se faire prendre en charge à 100 % que d’être français. »

100 % de remboursement, c’est vite dit. Les conditions se sont durcies pour les quelque 210 000 bénéficiaires de l’aide médicale d’État (AME). Ne sont concernés que les soins « qualifiés de moyens ou d’importants ». La caisse d’assurance maladie doit donner son accord à la prise en charge des soins hospitaliers (suivant le coût). De plus, le remboursement total n’est pas accordé aux clandestins présents depuis moins de trois mois en France.

Décryptage de contre-vérités 4 :

« Lui (Jean-Luc Mélenchon – NDLR) vous explique qu’il défend les travailleurs du monde. Tout ce qui peut contribuer à améliorer la situation des travailleurs français, mais en ayant, éventuellement, une conséquence sur les travailleurs d’Europe de l’Est ou d’ailleurs, ne lui va pas. »

Marine Le Pen ne comprendra jamais, semble-t-il, le sens du progrès social. En l’occurrence, elle inverse la logique des propositions du Front de gauche pour, une fois de plus, mettre en concurrence les travailleurs. L’harmonisation européenne revendiquée, tant par Jean-Luc Mélenchon que par les autres forces du mouvement, est celle de l’alignement des droits sociaux par le haut, et non par le bas comme le propose Marine Le Pen concernant le « jour de carence » (jour non payé en cas de maladie) qu’elle propose de maintenir dans la fonction publique comme dans le privé.