OmarTchagy

Trois questions à Omar Tchagy habitant de Clamart qui connaît bien le quartier des 3F.
Quartier qui connaît actuellement beaucoup d’effervescence suite à un gros différent entre Clamart et Meudon la Forêt. Ce quartier a toujours été assez calme mais aujourd’hui la situation a pris des proportions graves.

 



JeamS: Omar tu es intervenu sur un ton lucide et apaisé au rassemblement organisé par des habitants sur la place Georges Pompidou. J’aimerais que tu nous expliques ta vision des choses qui se sont déroulées ces derniers temps dans ce quartier.
Omar Tchagy : À l'origine il s'agit d'un conflit entre jeunes de Meudon et Clamart dont l'origine reste floue. C'est probablement une déception amoureuse qui, mêlée à de la rancoeur, a dérivé sur de la rivalité entre 2 groupes d'adolescents 15-20ans.
Malheureusement de cette situation des fortes tensions sont apparues ce qui a mené les forces de l'ordre à sévir en mettant parfois tout le monde dans le même panier.

JeamS: Ne penses tu pas qu’il y a certains positionnement politique qui gêne la recherche de solution durable. D’un coté, il y a un Maire qui saute sur cette affaire pour avancer son projet de destruction de la cité, de l’autre, il y a une certaine opposition qui s’en saisit pour montrer du doigt un dossier mal géré par les Maires de Clamart et de Meudon ?
Omar Tchagy : Le problème ne vient pas d'un bâtiment ou d'une adresse postale.... Déménager des habitants reviendrait à cacher la poussière sous un tapis. L'intérêt pour une ville et ces "quartiers" dit sensibles doit dépasser le clivage politique en période électorale et devenir un engagement sur le long terme et peu importe la commune. Au contraire un travail commun ne serait que bénéfique pour tout le monde.

JeamS: Qu’elle est ta vision sur des propositions qui pourraient être mises en place à court terme ou à moyen terme pour améliorer la situation ?
Omar Tchagy : A court terme : Une médiation entre les deux bandes pour désamorcer le conflit
A moyen terme : Avoir 1 MJC aux 3F indépendantes du centre socio culturel de Clamart dont de nombreux jeunes se sentent exclus. Avoir pour l'ensemble de la commune des animateurs de rue qui iront chercher les jeunes pour leur proposer des sorties, activités, soirées, discussions et même les aiders pour les CV, lettre de motivation... En résumé pour les encadrer dans la vie de tous les jours.